Yes WEED can !

Yes WEED can !

Yes WEED can !

29

Septembre, 2022

Yes WEED can

Cannabis

Légalisation

 

Tout le monde à ses vices.

Il y en a, c’est boire un coup, d’autres aiment manger gras et certains aime bien succomber au plaisir du pollen.

Illégal dans l’hexagone, il est bien autorisé de fumer du cannabis au Canada.

Bien évidement, on vous conseille de consommer avec modération et dans de bonne condition.

Et maintenant nous allons vous expliquer en 6 points comment tout ça s’organise au pays de l’érable et principalement au Québec.

Mais si vous souhaitez vraiment tester, alors au Québec :

YES WEED CAN!

1 – Le cannabis doit être acheté à la SQDC 💚

La SQDC c’est la Société Québécoise du Cannabis.

Eux seul ont le droit de vendre du cannabis. Donc acheter à un ami, sur internet ou via une application, pourra être considéré comme un crime.

Ils vendent du cannabis et du CBD sous forme séchés, en pré-roulé et sous forme liquide.

Bref, ils ont de quoi faire et leurs équipes sont formées pour vous guider et vous renseigner professionnellement.

Fini le dealeur du coin de la rue, les SQDC sont propres, pro et légale!

2 – Il est interdit de partager du cannabis avec

des personnes de moins de 21 ans

👧

Attention, si vous décidez de consommer avec des amis ou d’autres personnes, soyez prudent. En effet, au Québec, il est illégal de partager du cannabis avec des personnes de moins de 21 ans.  Évidement, il est aussi illégal de leur en acheter.

3 – Vous ne pouvez pas consommer du cannabis en public

🚦

Bon alors, consommer est légal, mais il y a tout de même quelques contraintes.

La principale est que vous ne pourrez pas consommer (fumer, vapoter, etc.) du cannabis dans un lieu public au Québec.

Cette liste de lieux publics comprend :

  • Les voies publiques (trottoirs, ruelles, rues, autoroutes, sentiers pédestres, etc.)
  • Les abribus
  • Les terrasses ou autres espaces commerciaux extérieurs
  • Les lieux publics extérieurs, y compris les parcs et les terrains de jeux, de sport, de camps de jour et de camps de vacances

Du coup, où peut-on fumer ?

Les municipalités adoptent souvent des règlements pour permettre de consommer dans certaines zones, notamment des parcs municipaux.

Et bien évidement, vous ne pouvez pas fumer sur un vélo ou dans une voiture, même si elle est garée et même si vous êtes le passager.

3 – On peut vous interdire de consommer du cannabis chez vous

🏠

Oui ça commence à faire galérer toute ces « restrictions »

Mais si vous êtes locataire, votre propriétaire peut prévoir dans votre bail qu’il est interdit de consommer du cannabis dans votre logement. Votre propriétaire peut également modifier votre bail pour y ajouter cette interdiction.

Si vous consommez du cannabis médical, sachez que des règles spéciales s’appliquent.

4 – La quantité de cannabis que vous pouvez posséder

varie selon le lieu où vous êtes

🌿

En public, la limite de possession est de 30 grammes de cannabis séché. La limite pour d’autres formes de cannabis est l’équivalent de 30 grammes de cannabis séché.

Il y a certains endroits où vous ne pouvez pas posséder du cannabis en public :

  • Les écoles
  • Les universités
  • Les garderies

Chez vous, que vous ayez le droit d’y fumer ou non, vous pouvez posséder jusqu’à 150g de cannabis séché, ou son équivalent, chez vous.

Mais attention! La limite de 150g se calcule par résidence, peu importe le nombre de personnes qui y habitent. Cela signifie que si vous vivez avec d’autres personnes, vous devez partager la limite de 150 grammes.

5 – Au Québec, vous ne pouvez pas cultiver du cannabis chez vous

Dans certaines provinces, vous avez le droit de cultiver jusqu’à 4 plants de cannabis chez vous. Cependant, soyez prudent, au Québec, il est interdit de faire pousser du cannabis chez soi. Vous pourriez recevoir une belle amende les amis.

6 – Vous ne pouvez pas conduire après avoir consommé du cannabis

🚗

Conduire avec les facultés affaiblies constitue un crime au Canada. Si vous avez plus d’une certaine quantité de THC (la composante psychoactive dans le cannabis) dans votre organisme lorsque vous conduisez, vous pouvez être accusé d’un crime. La gravité du crime dépend de la quantité de THC dans votre sang.

Yes WEED can

Du coup, Yes WEED can mais avec précaution

En effet, pour les curieux ou les consommateurs aguerris, vous pourrez vous faire plaisir.

Mais bien sûr, il faudra respecter plusieurs règles pour faire ça en toute légalité!

Alors faites attention à vous.

Consommer avec modération.

Et si vous souhaitez venir au Canada (et pas que pour le cannabis hein!!) alors, écrivez nous et rejoignez notre famille pour faire vos premiers pas vers votre nouvelle vie au Canada.

Et profitez de la vie.

Peace & Love – Yes Weed Can

 

Pablito 🍹

Article rédigé par Pablito – Expat niveau 87 sur l’échelle de Richter

10 faits insolites sur le Canada

10 faits insolites sur le Canada

10 faits insolites sur le Canada

Partie 2

9

Septembre, 2022

Faits

Canada

Découverte

 

C’est la suite de notre série sur les faits insolites sur le Canada!

Premièrement, si vous n’avez pas lu la partie 1, c’est par ici pour lire l’article !

Ensuite, installez-vous bien, car nous allons maintenant parcourir les 5 derniers faits de notre liste de 10 faits insolites sur le Canada.

Normalement, tu vas apprendre quelque chose, d’ailleurs, tu connais la chanson, dis-le-nous en commentaire lequel tu ne connaissais pas! Et sinon dis nous aussi de nouveaux faits que nous ne connaitrions pas!

Au passage, je partage pleins d’autres faits et d’informations sur le Canada sur mon LinkedIn, pour suivre tout ça, c’est par ici. Et Bastien aussi donne plein de bons plans donc vous pouvez aussi le suivre par là!

Bref, bonne lecture à vous les explorateurs!

 

nᵒ6

Le nom du Canada vient du mot huron et iroquois « Kanata » qui veut dire « village »

En effet, en 1535, quand deux jeunes Autochtones indiquent à l’explorateur Jacques Cartier le chemin de kanata, ils font en fait allusion au village de Stadacona, emplacement actuel de la ville de Québec. Faute d’une autre appellation, Cartier baptise « Canada » non seulement le village, mais aussi tout le territoire gouverné par son chef, Donnacona.

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ7

Le Canada détient le plus long littoral du monde

Quand on pense au Canada, on ne pense pas forcément aux plages! Et pourtant, si vous marchiez sans vous arrêter, sans manger, sans dormir et sans reposer vos pieds, cela vous prendrait 4 ans et demi pour marcher d’un bord à l’autre du littoral du Canada.

Le Canada est en effet bordé par trois océans: Atlantique, Arctique et Pacifique.

C’est donc 202 080 km du total mondial des 356 000 km de littoral sur la planète.

Le deuxième pays est l’Indonésie avec 54 716 km.

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ8

Des parcs nationaux plus grand que des pays

Le Canada est tellement grand que certains de ses parcs sont plus grands que quelques pays!

Par exemple :

La Réserve du parc national de Nahanni dans les Territoires du Nord-Ouest, avec ses immenses chutes, s’étend sur 30 050 kilomètres carrés! C’est plus grand que l’Albanie et que l’Israël.

Le parc national de Wood Buffalo en Alberta est encore plus grand avec 44 807 kilomètres carrés. Ce parc national est donc plus grand que la Suisse ou encore que le Danemark.

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ9

Le niveau d’éducation est très bon et très élevé

L’éducation y occupe une place de choix : plus de la moitié de la population possède un diplôme d’études supérieures, ce qui fait du Canada la nation la plus scolarisée au monde.

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ10

Le basketball a été inventé au Canada tout comme…

Bon, je me fais plaisir sur celui-là, mais oui, le basketball a bien été inventé en 1891 par James Naismith, un professeur d’éducation physique canadien!

Mais ce n’est pas la seule invention canadienne, on peut citer entre autre le téléphone, le sac-poubelle, le sonar, le Trivial Pursuit, le Canada Dry, la motoneige. 

 

10 faits insolites sur le Canada

C’était la partie 2 des
10 faits insolites sur le Canada

Alors, encore une fois, tu as appris quelque chose avoue !!

Et si jamais ce n’est pas le cas, et bien écris-moi en MP, je trouverai bien un fait que tu ne connaissais pas! 😁

Maintenant, partage nous tes coups de cœur et/ou les lieux que tu aimerais découvrir!

Et si jamais tu aimerais venir découvrir le Canada et t’y installer pour de bon, n’oublis pas notre programme qui t’accompagne de A à Z dans ce grand projet de vie! Dépêche-toi, nous avons une belle promotion d’automne qui se prépare en plus! 

On se parle vite,

Pablito 🍹

 

Article rédigé par Paul – Co-fondateur chez Canada Explorers

10 faits insolites sur le Canada

10 faits insolites sur le Canada

10 faits insolites sur le Canada

Partie 1

7

Septembre, 2022

Faits

Canada

Découverte

 

Bon, pour celles et ceux qui suivent mes aventures sur LinkedIn, je partage souvent des faits sur le Canada. 

En général ces posts rencontrent un beau succès, j’ai donc décidé de faire mon TOP de 10 faits insolites sur le Canada et de vous le partager ici.

C’est la première partie, donc les 5 premiers faits! Les 5 suivants arrivent la semaine prochaine dans un second article, promis!

Bien sûr, vous pouvez nous dire ce que vous en pensez en commentaire et surtout nous partager des faits que nous ne connaitrions pas!  

Challenge accepter ?

Aller bonne lecture la famille ✌️

 

nᵒ1 

Il y a plus de 2 millions de lacs et 20% de l’eau douce mondial au Canada

Si l’eau devient de plus en plus précieuse de nos jours, le Canada est assis sur un véritable trésor! Plus de 2 millions de lacs au Canada, le Québec à lui seul compterait près de 600 000 lacs sur son vaste territoire!

Il y a tellement d’eau qu’elle est gratuite au robinet! 

 

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ2

Le Canada est grand comme 18 fois la France

C’est grand le Canada ! Le pays compte près de 10 millions de km². Ce qui en fait le second plus grand pays du monde derrière la Russie! 

D’ailleurs le Canada n’est pas seulement 18 fois plus grand que la France, le pays est tout simplement plus grand que l’union Européenne au complet 😅

Le Canada bat un autre record avec son territoire colossal! Ses 8 890 km de frontière avec les États-Unis en font plus longue frontière internationale du monde. Et d’Est en Ouest, le Canada s’étire sur 6 fuseaux horaires…

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ3

1 canadien sur 5 n’est pas né au Canada

Le Canada compte 36 millions d’habitants, dont environ 7 millions de personnes qui ne sont pas nées au Canada. Les immigrants viennent de tous les continents, en provenance de plus de 150 pays. Ce qui en fait un pays cosmopolite, ouvert et surtout avec des restaurants incroyables à chaque coin de rue 🙃

Encore plus fort, à Toronto, la plus grande ville du pays, 1 Torontois sur 2 est né à l’étranger, ce qui place la mégapole sur le podium des villes les cosmopolites au monde.

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ4

Il a déjà fait -63 degrés ⛄ et +49,6 degrés 🔥 au Canada

Mettez un bonnet et couvrez-vous! Les températures peuvent plonger jusqu’à -30, surtout en janvier et février. Mais le record date de février 1947, avec – 63 degrés enregistrés dans le petit village de Snag, au Yukon, dans le Grand Nord canadien. Heureusement, c’est un froid exceptionnel, la plupart du temps, il fait entre 0 et -15 avec un beau ciel bleu, conditions idéales pour profiter des nombreuses activités hivernales !

Autre extrême, à l’été 2021, il a fait 49,6 degrés dans l’ouest du Canada à Penticton. Malheureusement, ce fut un été ravageur et la ville a fini par être frappé par des incendies et être ravagées.

10 faits insolites sur le Canada

nᵒ5

La reine d’Angleterre est aussi la reine du Canada

Ancienne colonie anglaise et pays du Commonwealth, le Canada vit toujours sous le commandement de la reine d’Angleterre. Attention, les décisions politiques sont bien prise par le premier ministre canadien et le rôle de la reine est plus symbolique qu’autre chose.

Cependant, le visage de la reine est toujours affiché sur les billets de banque canadien!

10 faits insolites sur le Canada

C’était la partie 1 des
10 faits insolites sur le Canada

Alors, tu as appris quelque chose avoue !!

Et si jamais ce n’est pas le cas, tu en apprendras à coup sûr dans la seconde partie de l’article « 10 faits insolites sur le Canada » qui sort la semaine prochaine!

Maintenant, partage nous tes coups de cœur et/ou les lieux que tu aimerais découvrir!

Et si jamais tu aimerais venir découvrir le Canada et t’y installer pour de bon, n’oublis pas notre programme qui t’accompagne de A à Z dans ce grand projet de vie! Dépêche-toi nous avons une belle promotion d’automne qui se prépare en plus! 

On se parle vite,

Pablito 🍹

 

Article rédigé par Paul – Co-fondateur chez Canada Explorers

Top 5 des lieux à découvrir au Québec

Top 5 des lieux à découvrir au Québec

Top 5 des lieux à découvrir au Québec

1

Septembre, 2022

Québec

Découverte

Voyage

 

Bon ce classement est subjectif!

Car je le fais en fonction de mes propres expériences, mais surtout, je n’ai pas vu tout ce qu’il y a, à voir au Québec!

Mais suite à mes 4 années dans la belle Province, je me suis dit qu’il était temps de sortir mon top 5 des lieux à découvrir au Québec!

Évidement j’attends vos coups de cœur à vous en commentaire ou même les lieux que vous n’avez pas encore découverts, mais qui vous font rêver!

 

Mon top 5 des lieux à découvrir au Québec

1 – Le belvédère du Mont-Royal

Quand on arrive à Montréal, c’est l’endroit où il faut aller!

Tout d’abord, car le chemin pour se rendre au belvédère est très sympas été comme hiver, puisqu’il vous fera gravir le célèbre Mont Royal. Bref, vous marcherez en pleine nature au cœur de la ville! 

Ensuite, la vue imprenable sur Montréal sera la récompense la plus incroyable pour découvrir (ou redécouvrir) cette ville magnifique!

Enfin, tu auras la photo la plus instagramable de ton séjour à Montréal 🙃 

5 lieux à découvrir au Québec

2 – Le lac Wapizagonke

Ce lieu magique n’est qu’à 2 h 30 de route de Montréal, mais il vous dépaysera complétement!

Quand vous pensez Canada, vous imaginez forcément des lacs magnifiques, des montagnes et des forêts! Et bien, vous aurez tout au même endroit au Lac Wapizagonke situé dans le parc national de la Mauricie!

Si vous en avez l’opportunité, nous vous recommandons de prendre un emplacement pour votre tante et de louer un canot pour voguer sur ce lieu incroyable! 🚣‍♀

 

5 lieux à découvrir au Québec

3 – Le Parc du Mont-Mégantic

Lieux incontournables pour observer les étoiles au Québec, ce parc national abrite des observatoires parmi les plus performants du pays.

Le parc est magnifique et il n’y a pas vraiment de moment pour profiter du lieu.

Mais si nous devions en choisir un nous vous conseillerions forcément d’y aller en été pendant les perséides. C’est la période de l’été ou les étoiles sont le plus prolifiques et les étoiles filantes de sorties! 

Effet garanti!! ⭐

5 lieux à découvrir au Québec

4 – Le vieux Québec

Le Québec est le parfait mélange entre l’Europe et l’Amérique du Nord.

Et la ville de Québec est peut-être la plus belle gardienne de l’héritage européen de cette magnifique province.

Son air bucolique, son charme et son architecture vous permettrons de vous ressourcer dans une province qui n’est pas si vielle que ça après tout.

Profitez de la vue devant le château Frontenac et surtout, perdez-vous dans les petites rues de la vielle ville! ⛪

 

5 lieux à découvrir au Québec

5 – La vallée des fantômes

Située en plein cœur du parc national des Monts Valin proche du Saguenay, c’est le paradis de la raquette!

Pour le coup, si nous vous recommandons bien une saison pour y aller, c’est l’hiver.

Les paysages sont à couper le souffle et la neige recouvre absolument tout, d’où ce fameux nom de vallée des fantômes. Car oui, les sapins ressemble plus à gaspére qu’à autre chose!

De la neige et des points de vue incomparables : c’est ça le Québec! ⛄

 

5 lieux à découvrir au Québec

Bon, il reste tellement de lieux iconiques que nous aurions aimé partager avec vous!

Peut-être pour un prochain article!

En attendant, il fallait faire un choix et voici donc notre Top 5 des lieux à découvrir au Québec!

Maintenant, partage nous tes coups de cœur et/ou les lieux que tu aimerais découvrir!

Et si jamais tu aimerais venir découvrir le Canada et t’y installer pour de bon, n’oublis pas notre programme qui t’accompagne de A à Z dans ce grand projet de vie!

On se capte vite,

Pablito 🍹

 

Article rédigé par Paul – Co-fondateur chez Canada Explorers

Témoignage : Un PVT au Canada d’Est en Ouest

Témoignage : Un PVT au Canada d’Est en Ouest

Témoignage : Un pvt au Canada d’est en ouest

18

Juin, 2022

Canada

PVT

Expatriation

 

C’est la semaine « témoignage » chez Canada Explorers!

Après celui de Sarah qui passé 10 ans au Québec alors qu’elle pensait y venir pour 1 an en début de semaine!

Voici celui de Cécilia !

Dans l’article Témoignage : Un PVT au Canada d’Est en Ouest, Cécilia, expatriée au Canada dans le cadre d’un PVT, rentrée en France (mais avec toujours la forte envie d’y retourner depuis) nous partage son aventure.

Encore une fois, installez-vous bien et surtout bonne lecture !

 

 

Témoignage : un PVT au Canada d’est en ouest

Allô, moi, c’est Cécilia, j’ai trente ans et je suis rentrée il y a quelques mois d’un PVT au Canada. Quand on m’a proposé d’écrire ces quelques lignes sur mon expérience, j’ai tout de suite accepté.

Parler du Canada? Say no more, I’m in!

En réalité, j’étais loin d’imaginer la difficulté de l’exercice. Si je devais faire un court résumé, je dirais que ces deux dernières années ont été une succession d’opportunités inattendues, de paysages à couper le souffle, de rencontres inoubliables, de kilomètres parcourus et de changements positifs. Laissez-moi vous raconter.

Tout a commencé un 21 mars 2019. J’ai débarqué à Montréal avec une valise et un sac à dos sans trop savoir à quoi m’attendre. J’ai d’abord commencé par le Québec, principalement pour des raisons administratives et familiales, mais aussi en pensant faire une sorte de transition entre la France et l’Ouest Canadien. Mais Montréal étant très populaire auprès des jeunes Français, j’ai vite compris qu’on était nombreux à avoir eu la même idée. Moi qui m’attendais à un choc culturel en arrivant au Canada, je me suis retrouvée au milieu de milliers de compatriotes. Je ne regrette pas ce choix pour autant, j’avais un plan précis en tête et je comptais m’y tenir. J’ai donc trouvé un emploi, emménagé dans une colocation et j’ai entamé cette nouvelle vie.

Après quelques mois, je n’arrivais toujours pas à trouver ma place. En faisant ce voyage, je cherchais à vivre des expériences complètement différentes de ce que je connaissais déjà et voilà que je me retrouvais plongée dans une ambiance Française, à travailler et vivre avec des Français. Ça ne correspondait pas à mes envies du moment. J’ai donc décidé de changer d’air, de faire mes valises et de déménager à Québec City. Cette belle province a tellement à offrir, je voulais en voir plus, me rapprocher de la nature et surtout de la culture Québécoise. Je n’ai pas été déçue, tout y était, même les tempêtes de neige et l’hiver plus rude qu’on m’avait promis.

Le Québec est une province très agréable, mais j’ai toujours rêvé de faire un road-trip à travers le Canada. J’ai donc commencé à effectuer des recherches pour acheter un van. Le but était de partir en avril, rester quelques mois sur la route et arriver pour l’été sur la Côte Ouest. Ce qui me permettait de faire un an dans l’Est, plusieurs mois de voyage et le reste dans l’Ouest. Tout aurait pu rouler comme sur des roulettes si Mr. Corona n’était pas venu perturber tous mes plans.

Mars 2020, presque un an jour pour jour après mon arrivée, le Canada fermait ses frontières et interdisait tout déplacement. Comme le monde entier, je me suis retrouvée enfermée chez moi à attendre qu’on nous autorise à sortir à nouveau. J’ai changé mes plans de nombreuses fois pendant ces trois mois de confinement, mais rentrer en France n’a jamais été envisagé.

Comme pour beaucoup, cette pandémie mondiale a été l’occasion de faire le point. J’ai remis en question ma présence au Canada, j’ai questionné mes choix, j’ai réévalué mes envies et j’ai beaucoup douté. Rentrer en France n’était pas une option, mais me déplacer n’était pas possible non plus. Alors, j’ai juste pris le temps. J’ai enchainé les livres, les courses à pied, les heures à jouer aux Sims et les épisodes de Buffy Contre les Vampires. J’ai pris le temps de faire le point sur ce que je voulais vraiment tirer de cette expérience et ce que j’avais réellement envie de faire. Ce qui revenait à chaque fois, c’était voir l’Ouest Canadien et me faire une idée plus complète du pays.

Les conditions pour un road-trip n’étaient plus vraiment idéales donc, après de longues conversations avec mon entourage, j’ai refait mes valises et je suis repartie à Montréal dès que les déplacements furent autorisés. Même si cette ville n’était pas un coup de cœur, je savais que je pourrais y trouver de quoi m’occuper malgré les restrictions. Je ne m’en rendais pas encore compte, mais la pandémie venait de donner un tout nouveau tournant à mon voyage et ce n’était que le début.

Ce déménagement m’a complètement remotivé et remis sur les rails. Mon rêve de voir l’Ouest était plus vif que jamais. Vous l’aurez compris, dès que les frontières interprovinciales ont rouvert, j’ai pris le premier vol direction Calgary et j’ai embarqué avec moi une amie, rien de mieux que de partager l’expérience. À ce moment-là, il ne me restait que sept mois de visa. Le projet était alors de faire quelques jours de road-trip dans les Rocheuses Canadiennes suivis de bénévolat en Alberta, en Colombie-Britannique et au Yukon, deux mois dans chaque province.

Spoiler Alert: it never happened!

Sans grande surprise, je suis littéralement tombée amoureuse de l’Alberta le jour où j’ai mis les pieds dans les Rocheuses Canadiennes. Dès les premiers kilomètres sur l’Icefield Parkway, je savais que je devais rester plus longtemps dans ces montagnes. Le choc culturel auquel je m’attendais était là, mon aventure Canadienne pouvait enfin commencer. Le mois que je devais faire dans une ferme équestre s’est transformé en deux. Les deux mois en Alberta se sont transformés en six. Les deux mois en Colombie-Britannique se sont réduit à un et les deux mois au Yukon ont été abandonnés. Pendant ces sept derniers mois, je me suis complètement laissée guider par mes envies et je ne me suis jamais sentie aussi libre.

On m’a beaucoup demandé quelle était la différence entre l’Est et l’Ouest. Ça m’a pris du temps, mais j’ai fini par me rendre compte que, même si les habitants sont tous Canadiens, il est difficile de croire qu’ils appartiennent au même pays. Outre les paysages, tout est tellement différent : les gens, les routes, les villes, l’ambiance, la langue, la culture, la météo et même les avis sur Justin Trudeau… Parler du Québec en Alberta c’est un peu comme parler de l’Allemagne en France : ils se connaissent, ils s’apprécient, ils partagent une histoire commune, ils sont relativement proches, mais ils ne parlent pas la même langue, ne partagent pas les mêmes idées et n’ont certainement pas les mêmes priorités.

Au Québec, j’ai apprécié les grandes villes, dynamiques et vivantes. L’abondance d’activités culturelles qui rythment les saisons, l’art qui s’exprime librement et les festivals qui font vibrer les rues. L’ouverture d’esprit des habitants et l’ambiance très cosmopolite. J’ai aimé les nombreux parcs nationaux, tous aussi beaux les uns que les autres et leur lot d’activités de plein air, été comme hiver. J’ai admiré le Saint Laurent et ses baleines, quel spectacle ! Et puis, je suis tombée en amour (comme ils disent) avec cet accent si chantant qu’est le Québécois.

En Alberta, j’ai adoré observer les paysages changer de kilomètre en kilomètre. J’ai admiré leur respect pour la vie sauvage, que ce soit dans les parcs nationaux ou pas. J’ai aimé la proximité avec la nature, la sérénité des grands espaces et la grandeur de ces montagnes. Puis, j’ai tout particulièrement apprécié la diversité des styles de vie. Dans une même ville, il n’est pas rare de croiser un cowboy chapeau sur la tête, un citadin en costume, un voyageur un peu perdu, une « outdoor lover » fan d’escalade, une photographe à la recherche du spot parfait, un fou de snowboard qui passe ses week-ends à Sunshine Village, des français en PVT qui baragouinent quelques mots en anglais et un French Canadian qui se sent étranger dans son propre pays.

Chaque province est unique en son genre, avec ses attraits et ses contraintes. Je vous parle de l’Alberta et du Québec, mais en un mois en Colombie-Britannique, j’ai vu un aspect encore différent du Canada. Je n’ose même pas imaginer les contrastes entre les provinces du grand nord et les provinces maritimes. C’est ce qui fait toute la beauté et la grandeur de ce pays !

Finalement, en moins d’un an, mes plans ont changé presque aussi souvent que les Français ont fait la grève… Ces obstacles, aussi difficiles qu’ils aient pu paraitre sur le moment, m’ont fait prendre des chemins inattendus. Et je me rends compte maintenant que, sans tous ces changements de route, je n’aurais jamais fait de bénévolat, je n’aurais jamais suivi un cowboy à la recherche d’une cascade cachée, je n’aurais jamais vu de chevaux sauvages, je n’aurais jamais vu un T-rex sur un minivélo, je n’aurais jamais vu un orignal courir à côté de notre voiture, je n’aurais jamais fait de hockey sur un lac gelé, je n’aurais jamais ressenti des températures extrêmes, je n’aurais jamais été témoin de la gentillesse des Canadiens qui se sont démenés pour sortir notre voiture du ravin, je n’aurais jamais réalisé des rêves que je ne pensais même pas avoir et surtout je n’aurais jamais croisé la route de toutes
ces personnes qui ont rendu cette expérience encore meilleure.

L’expatriation est une expérience intense. Aussi inoubliables et incroyables que ces deux années ont pu être, il y a aussi eu de longs moments de doute, d’incertitude et de solitude. Mais malgré tout, je n’aurais changé ma vie pour rien au monde. L’expatriation, c’est comme les montagnes russes : les hauts sont aussi magnifiques que les bas sont compliqués. Il faut s’accrocher et y croire, on finit toujours par atteindre nos objectifs, quels que soient les détours et les chemins empruntés.

Ce que je retiens de ce voyage ?

Simplement que les plans sont faits pour être changés, les inconnus sont faits pour être suivis, les opportunités sont faites pour être saisies.

Témoignage : Un PVT au Canada d'est en ouest

Si le Témoignage : Un PVT au Canada d’est en ouest t’as inspiré :

Pourquoi, toi aussi, tu ne viendrais pas tenter ta chance au Canada ?

En lisant ces lignes de notre article « Témoignage : un PVT au Canada d’est en ouest » tu te dis :

Pourquoi pas moi?

Tu veux changer de vie ?
Tu souhaites t’expatrier au Canada ?

Si tu es :

  • En solo
  • En couple
  • En famille

 Alors n’hésite pas à rejoindre notre belle communauté de personne motivée à réaliser leurs rêves canadiens!

Rejoins la famille Canada Explorers et fais ainsi ton premier pas dans ta nouvelle vie au pays de l’érable!

      Article rédigé par Cécilia – Serial Expat’ et optimiste dans l’âme

      L’importance de bien s’assurer au Canada

      L’importance de bien s’assurer au Canada

      L’importance de bien s’assurer au Canada

      15

      Juin, 2022

      Canada

      Assurance

      Expatriation

       

      Bon, chez Canada Explorers on va TOUJOURS vous encourager à venir visiter le Canada. Ou encore mieux venir y vivre.

      Car c’est un pays fabuleux à découvrir et plein d’opportunité.

      Cependant, attention à ne pas faire de ce rêve un cauchemar en sous estimant l’importance de bien s’assurer au Canada.

      Que vous veniez quelques jours ou plusieurs mois, il va falloir être attentif à ce point parce qu’en cas de pépin et sans assurance la note peu vite devenir… astronomique et votre séjour douloureux.

      Mais pas de panique, on va regarder tout ça ensemble et maintenant!

       

      Serrez-vous protégé par le système de santé Canadien ?

      La première chose à savoir, c’est qu’il existe un système d’assurance maladie universelle au Canada, géré par le gouvernement Fédéral. Cependant, le pays qui compte 13 Provinces et Territoires comptes aussi 13 régimes provinciaux. Et bien évidemment chacun d’eux à ses propres particularités et ses différences.

      Vous concernant, tout dépendra de votre statut ou de votre VISA au Canada. En fonction de votre situation, vous n’aurez pas le droit aux mêmes protections. En général, les permis fermés offrent un accès à ces protections alors que les permis ouverts en sont exclus ; mais prenez le temps de regarder ça avant votre départ en fonction de votre situation.

      Et surtout les explorateurs, prenez ça au sérieux, car les coûts reliés à la santé au Canada sont plus élevés qu’en France. Notamment pour les coûts liés aux urgences des hôpitaux qui sont, qui plus est, souvent encombrés. Pour vous donner un ordre d’idée afin d’être juste admis aux urgences, il faut compter entre 700 et 800$ (520 et 600€). Plutôt désagréable de se faire saigner alors qu’on vient de se blesser 😅

      D’où l’importance de bien s’assurer au Canada

       

      Petit Tips : en cas de problème mineur ou de blessure légère, allez dans un centre de soin ou une clinique sans RDV, ça suffira largement et ça vous sauvera des coûts et de la paperasse.

      Pourquoi tu dois bien t’assurer ?

      Forcément pour éviter les mauvaises surprises à plusieurs zéros, pour faire face aux imprévus, mais surtout, car dans certaines conditions, c’est OBLIGATOIRE.

      Et il faut bien s’assurer que tu viennes au Canada pour un court séjour ou pour un long moment. Bref, tu trouveras avec nos partenaires de chez Chapka toujours une bonne formule pour ton voyage ou même toute ton expatriation.

      Parce qu’au fond, ce sont eux les spécialiste et qui t’expliqueront le mieux l’importance de bien s’assurer au Canada.

       

      Pour les voyageurs de courte durée :

      Pour quelques jours ou plusieurs semaines, vous devez vous couvrir pour pallier tous les petits pépins ou les grosses urgences. L’idée, c’est de vous protéger de toutes les galères qui pourraient vous arriver pendant votre séjour : frais médicaux, rapatriement, les pertes de bagages, la responsabilité civile, l’envi de rester plus longtemps que prévu et potentiellement l’annulation de votre voyage…

      Bref, si nous avons décidé d’avancer main dans la main avec Chapka c’est pour leurs excellentes couvertures à des prix très compétitifs.

      Et pour ces séjours, nous vous conseillons de partir avec la formule Cap Assistance 24/24!

      Assurance Cap Assistance de Chapka

      Pour les voyageurs de longue durée :

      La situation est un peu plus complexe, car il y a plusieurs options qui vont se présenter à vous lors de votre séjour de quelques mois, voir années au Canada (ou ailleurs hein!).

      Tout d’abord pour les PVT et les Jeunes Pros votre assurance internationale sera votre seule assurance pendant votre séjour. Elle est obligatoire pour entrer sur le territoire! Et elle doit répondre à plusieurs exigences, comme couvrir :

      • Les soins médicaux
      • Les hospitalisations
      • Le rapatriement

      Là encore, Chapka et son assurance PVT est la meilleure option du marché avec le meilleur rapport qualité / prix!

      Assurance Tempo Expat et PVT

      Ensuite, pour les personnes dotées d’un permis de travail ou encore d’un permis de travail ouvert, vous aurez droit à une couverture provincial (RAMQ au Québec) après quelques semaines (12 environs) d’activité, d’ici là vous devez aussi prendre une couverture pour le début de votre séjour.

      Mais même une fois votre protection provinciale activée nous vous conseillons, en fonction de vos couvertures offertes par vos employeurs, d’avoir une assurance internationale pour palier les frais médicaux courants, l’hospitalisation, l’optique, les soins dentaires et potentiellement la maternité.

      Cette fois-ci c’est la formule Tempo Expat de Chapka qui sera la meilleure formule pour vous!

      En fonction de vos besoins et de votre situation, renseignez-vous bien et c’est pour ça qu’en adhérant à Canada Explorers vous aurez aussi un RDV avec votre conseillé en assurance pour trouver l’option la plus adaptée et la moins chère pour vous!

      Et pour celles et ceux qui se disent :
      « pourquoi pas tester sans assurance »

      Les voyages forment la jeunesse, mais ils peuvent aussi la ruiner 😅

      Blague à part, si un voyage amène toujours du bonheur et de la joie, il peut vite tourner au cauchemar. On vous laisse lire quelques commentaires sur les pires expériences sans assurances, ça fait froid dans le dos : endettement à vie, création de cagnotte en ligne pour avoir des soins, etc.

      Bref, ce sont les scénarios catastrophes, mais honnêtement bien s’assurer c’est primordial pour être serein (bon entre nous ont dit les termes hein : pas s’assurer c’est complétement c#%!)

      Choisir la meilleure assurance possible

      Après 7 expatriations cumulées entre Bastien et moi-même et autant d’assurances différentes, nous avons absolument tenu à nous associer à Chapka pour vous proposer la meilleure solution du marché.

      Avant de lancer ce partenariat, nous avons comparé les assurances, les plafonds de protections, les couvertures globales et les coûts et sans hésitation, nous nous sommes rapprochés d’eux.

      Si vous vous faites un bobo, vous comprendrez vite que leur réactivité, leur capacité à vous avancer les frais ou à vous rembourser dans des temps records sont un vrai plus! Et puis, ils sont carrément sympas, mais ça il ne faut pas trop leurs dires!

      Et la (le ? On dit quoi!!) COVID dans tout ça ?

      Être un bon assureur, c’est aussi être réactif!

      Et du coup, les couvertures offertes par Chapka couvre bien évidement les frais médicaux et d’hospitalisation liés à cette fameuse pandémie! 

       

      Et voilà, vous savez tout sur l’importance de bien s’assurer au Canada

      Bref, voila notre tour de piste pour expliquer comment fonctionne cette étape fastidieuse, mais si importante que sont les assurances et leurs fonctionnements dans un projet de voyage ou d’expatriation au Canada.

      Si vous avez des questions sur l’importance de bien s’assurer pour votre séjour au Canada, n’hésitez pas à nous les écrire en commentaire!

      Pour celles et ceux qui souhaite prendre une assurance, c’est par ici : Trouver mon assurance 

      Et enfin, pour ceux qui souhaitent commencer leur projet d’expatriation avec nous, c’est par ici pour rejoindre notre belle et grande famille 

      Aller, on vous dit à très vite les explorateurs!

      Article rédigé par Pablito – Le mec derrière Canada Explorers