1 PVT pour 2 personnes

1 PVT pour 2 personnes

1 PVT pour 2 personnes

29

Juin, 2022

Colombie-Britannique

PVT

Vancouver

 

Immigrer au Canada en couple, c’est parfois un casse-tête!

Que faire quand on n’a qu’1 PVT pour 2 personnes ?

Comment préparer ce rêve le plus sereinement possible quand on veut aller à l’autre du monde avec sa moitié ?

 Des questions il y en a et il y en aura plein! 

C’est pourquoi nous allons nous baser sur le témoignage de Jennifer qui a immigré à Vancouver avec son copain alors qu’ils n’avait qu’un seul PVT pour deux!

Aller on vous laisse avec ce témoignage de comment immigrer au Canada avec 1 PVT pour 2 personnes !

Bonne lecture les explorateurs! 

 

Étape 1 : Se rendre au Canada avec 1 PVT pour 2 personnes

 

On doit toujours commencer par le début. Éviter de partir dans tous les sens quand on veut partir à deux, vivre au Canada. On se pose, on discute et on lance les démarches.

Avant 35 ans, on tente forcément sa chance avec le célèbre PVT. Mais la loi du tirage au sort fait que parfois un seul réussi à décrocher le Graal. Ce fut notre cas:

J’ai eu mon PVT, pas mon copain.

Et alors, se pose la question :

  • Comment fait-on pour réaliser notre rêve canadien de partir à deux quand j’ai un PVT et tu ne peux pas en avoir ?

Bref, avant même de savoir exactement comment réaliser notre projet, nous avons décidé de nous rendre au Canada avec 1 PVT pour 2 personnes. Moi, avec mon PVT, lui en tant que touriste avec en tête l’idée de tout faire pour rester légalement au Canada ou de finir par rentrer si la chance ne nous souriez pas.

La pénurie de main d’œuvre et notre débrouillardise jouerons en notre faveur 🤞

 

PVT à Vancouver en couple

Étape 2 : Trouver un travail pour le détenteur du PVT 

La première chose que je vais devoir faire, c’est trouver un travail.

Parce que, oui, avec un PVT on peut faire profiter à son conjoint de sa situation pour le faire venir aussi, si et seulement si, le détenteur du PVT obtient un travail qualifié, c’est-à-dire dans la catégorie 0, A ou B de la Classification Nationale des Professions. Trouvez votre CNP ici 👈

La deuxième condition, c’est qu’on doit avoir vécu plus d’un an avec sa douce moitié. En gros, être officiellement conjoint de fait aux yeux du gouvernement canadien. Et par cela j’entends qu’il faut prouver ceci avec plein de documents administratifs (qui nous cassent les pieds), mais c’est le jeu si tu veux venir au Canada à deux !

Et donc tous les jours, tu cherches, tu cherches, tu envoies des CV, en version canadienne bien sûr !

Mets ton CV au format canadien grâce à notre atelier CV👈

Ensuite, tu checkes si chaque emploi pour lequel tu postules est bien dans la catégorie 0, A ou B, en espérant que quelqu’un te donne ta chance !

Bon ça va bien 5 minutes de rester enfermée à chercher un travail mais, “Boo, aller viens! On va visiter la ville de Vancouver un peu ”. Et nous voilà partis avec nos Compass Card (très important quand on arrive à Vancouver pour se déplacer dans les transports en commun!) Si tu prévois d’utiliser les transports tous les jours, il vaut mieux prendre un pass d’un mois sur ta carte. J’ai fait le calcul, si tu fais plus de 40 trajets dans le mois, tu es gagnant! Sinon il vaut mieux juste mettre de l’argent sur ta carte au fur et à mesure que t’en a besoin. C’est très simple, tu vas dans une station de métro, tu vas à la machine (il y en a qu’une, tu ne peux pas te planter) et tu achètes ta carte en choisissant soit de mettre de l’argent dessus, soit un pass d’un mois. Important aussi, ne pas sélectionner DÉBIT pour le paiement si tu payes avec ta CB française!!

Sinon ça ne marchera pas, toujours sélectionner CRÉDIT, même si chez nous, c’est une carte de débit!

Pardon, je m’éparpille, mais finalement, ce sont des détails importants.

Donc j’en étais où ? Ah oui ! On part avec nos Compass Card ! Avec l’application Citymapper, tu te déplaceras partout et il te proposera toujours les meilleurs trajets. Destination, Stanley Park pour faire le tour du parc à vélo !

(Photo du parc ? J’en ai de nous si tu veux à vélo ou juste un petit pano ou une photo de notre tour)

Voilà ta vie consistera à chercher un emploi, chercher un appart (mais sans emploi, c’est plus compliqué, je t’expliquerai pourquoi) et profiter de la vie de touriste dans cette immense ville où on trouve toujours des choses à faire, des brewery pour goûter les bières locales, des restos où ça sent vraiment trop bon quand tu passes devant, des plages pour chiller, bref il y a de quoi faire (S’IL NE PLEUT PAS 😅) !

Concrètement, ça m’a pris 2 semaines pour avoir un entretien, donc en toute considération pas longtemps, mais j’ai envoyé des CV tous les jours et j’avais l’impression qu’on n’y arriverait jamais… personne répond en général, donc quand quelqu’un te donne une opportunité il ne faut pas la lâcher!! J’ai commencé deux semaines après le premier entretien, en conséquence en un mois, l’affaire “trouver un travail” était bouclée !

 

      PVT à Vancouver
      1 PVT POUR 2 PERSONNES EN COLOMBIE-BRITANNIQUE

      Étape 3 : Travailler au moins un mois et demi !

       Bon, je dois quand même vous avouez que le niveau de stress peut être assez élevé.

      Entre trouver un travail, trouver un logement, votre moitié n’a toujours pas le droit de travailler et la situation financière peut être angoissante. Surtout quand on vit dans une ville comme Vancouver, ça peut vite devenir stressant. Mais il faut persévérer !

      Pour en revenir à notre sujet de base, venir à deux avec un PVT et un visa touriste, c’est possible et l’objectif, c’est de faire une demande de visa de conjoint de fait.

      Faire une demande de permis de conjoint de fait, c’est simple quand l’un des conjoints à un permis de travail fermé, mais pour les détenteurs d’un PVT si vous voulez faire venir votre conjoint, vous allez devoir prouver à l’immigration que vous êtes là pour bosser et pas pour se la couler douce en mode “vacances-travail”.

      C’est pour ça que, contrairement à un permis de travail fermé, pour présenter avec notre dossier de conjoint de fait vous allez devoir joindre 3 fiches de paie à votre dossier (pour prouver votre activité sur un emploi qualifié). Et ce qui est génial avec le Canada, c’est que la paye, ça tombe toutes les 2 semaines 🥳🤑 donc en toute logique, au bout de 1 mois et demi, vous pouvez faire votre demande de visa de conjoint de fait à la frontière en faisant le tour du poteau. Et si tu es un peu chanceux comme moi, et que tu as commencé le 30 du mois, tu auras 3 fiches de paie en 31 ou 32 jours !!!

          Étape 4 : profite de ton temps libre pour bien préparer ton dossier

          Monter un dossier en béton, c’est hyper important et aussi angoissant… tu te poses 36 questions sur tout et n’importe quoi : Est-ce que j’ai tout ce qu’il me faut? Est-ce qu’ils vont regarder si la couleur de l’encre est la même entre mon contrat et la description de mes taches? Est-ce qu’une signature électronique est suffisante ou est-ce qu’on va me dire : ton dossier il est bidon? Est-ce qu’il faut des originaux ou des copies, en couleur ou non ?

          Pour finalement arriver et on te demandera seulement :

          • Le permis ouvert du détenteur du PVT
          • Le contrat emploi qualifié du détenteur du PVT avec la liste des taches de la catégorie dans laquelle vous êtes, associée à votre travail
          • La lettre de l’employeur du détenteur du PVT qui confirme que le détenteur du PVT est bien dans l’entreprise avec un emploi qualifié catégorie 0, A ou B
          • Les 3 premières fiches de paie (si vous en avez plus, ajouter les aussi, ça peut toujours servir)
          • Le formulaire IMM5409 déclaration officielle d’union de fait signée par un notaire ou autre personne qualifié (très facile à trouver)

          Ces 5 éléments, c’est quasiment certain qu’ils le demanderont, mais le reste sera là pour appuyer votre demande si jamais ils demandent plus de preuves que vous vivez ensemble depuis plus d’un an.

          Pour le reste, je vous fais une petite liste de tous les documents que j’ai pu rassembler pour prouver que nous nous aimons beaucoup et que nous partageons tout avec Boo 😂 :

          • Bail datant de plus d’un an à nos deux noms + bail de là sous loc’ qu’on a pris à Vancouver à nos deux noms pour prouver que “oui nous sommes toujours ensemble!”
          • Facture EDF datant de plus d’un an et une récente à nos deux noms + justificatif de domicile attestant que nous sommes cotitulaire du contrat (j’en ai un qui date de plus de 2 ans donc j’ai mis celui-ci)
          • Taxe d’habitation aux deux noms
          • Relevé de compte joint datant de plus d’un an et un récent + attestation de la banque que nous sommes bien cotitulaires du compte
          • Assurance habitation qui atteste que nous sommes conjoint/concubin

          Cette liste n’est pas exhaustive et vous n’êtes pas obligés de mettre tout ça, mais ça peut toujours servir s’ils doutent de l’authenticité de votre relation. Le plus important ce sont les 5 documents listés plus haut et des preuves que vous vivez ensemble depuis plus d’un an. Si vous êtes mariés, le contrat de mariage devrait suffire, mais mieux être trop bien préparé que pas assez…

          Voilà notre stratégie pour se rendre au Canada malgré que nous ayons 1 PVT pour 2 personnes !

          On va faire le tour du poteau dans quelques semaines !

          On vous tient au courant promis.

          Wish us luck 🤞🍀

              Article rédigé par Jennifer – Serial Expat de l’ouest

              Les 3 villes les plus agréables à vivre au Canada

              Les 3 villes les plus agréables à vivre au Canada

              Les 3 villes les plus agréables à vivre au Canada !

              27

              JUIN, 2022

              Villes
              Canada
              Classement

               

              Le classement des villes les plus agréables à vivre au monde vient de sortir ! 

              Mais alors, fait-il bon vivre au Canada ?

              3 villes canadiennes font partie du top 10 💫

              On compte aussi une grande absente parmi ce classement…

              Allez, on met fin au suspense ! 

              Découvrons ensemble les 3 villes les plus agréables à vivre au Canada en 2022.

               

              Si tu hésites encore sur ta future destination, Paul avais écrit un article pour t’aider à choisir entre Montréal, Vancouver et Toronto.

              Si tu me demandes la plus belle ville du Canada, je te réponds Vancouver.

              Si tu me demandes la meilleure ville pour vivre en famille au Canada je te réponds Montréal.

              Les critères pour réaliser ce classement

              5 critères permettent de dresser ce palmarès :

              • Stabilité 
              • Santé
              • Culture & Environnement 
              • Éducation
              • Infrastructure

              Le top 10 des villes les plus agréables à vivre au monde

              1. Vienne 🇦🇹

              2. Copenhague 🇩🇰

              3. Zurich 🇨🇭 – 𝗖𝗮𝗹𝗴𝗮𝗿𝘆 🇨🇦

              5. 𝗩𝗮𝗻𝗰𝗼𝘂𝘃𝗲𝗿 🇨🇦

              6. Genève 🇨🇭

              7. Francfort 🇩🇪

              8. 𝗧𝗼𝗿𝗼𝗻𝘁𝗼 🇨🇦

              9. Amsterdam 🇳🇱

              10. Osaka 🇯🇵 – Melbourne 🇦🇺

              Aucune ville des États-Unis dans ce top 10

                New-York arrive en 51ème position 😱

                 

                Montréal, la grande absente de ce top 10 !

                  Les 3 villes canadiennes les plus agréables à vivre sont :

                  À l’ouest :

                  • Calgary (Alberta) en 3ème position
                  • Vancouver (Colombie-Britannique) en 5ème position

                  À l’est :

                  • Toronto (Ontario) en 8ème position

                  Montréal n’arrive que 23ème de ce classement…

                   

                  Les 3 villes les plus agréables à vivre au Canada Déménager Québec

                  Calgary

                  Les notes sont sur 100 à chaque fois.

                  Note globale : 96.3

                  Stabilité : 95.0
                  Santé : 100
                  Culture & Environnement : 90.0
                  Éducation : 100
                  Infrastructure : 100

                   

                  Vancouver

                  Note globale : 96.1

                  Stabilité : 90.0
                  Santé : 100
                  Culture & Environnement : 100
                  Éducation : 100
                  Infrastructure : 92.9

                   

                  Toronto

                  Note globale : 95.4

                  Stabilité : 95.0
                  Santé : 100
                  Culture & Environnement : 95.4
                  Éducation : 100
                  Infrastructure : 89.3

                  Rêver du Canada c’est bien, passer à l’action c’est mieux !

                  Envie d’être épaulé.e dans tes démarches par des experts aguerris dans l’expatriation ? Rejoins la Conquête de l’érable doré dès maintenant !

                  Chaque semaine découvre 2 nouveaux articles sur notre blog.

                  Et suis-nous dans l’aventure Canada Explorers sur Youtube ou sur LinkedIn si tu veux encore plus d’infos sur la vie au Canada !!

                   

                  À bientôt !

                  Être développeur au Canada

                  Être développeur au Canada

                  Être développeur au Canada

                  22

                  Juin, 2022

                  Canada

                  Développeur

                  Expatriation

                   

                  Le Canada ça sonne un peu comme un eldorado pour les développeurs.

                  Les entreprises de tech, d’IT et de jeux vidéo y foisonnent et les opportunités sont forcément au rendez-vous.

                  Mais finalement ça donne quoi : être développeur au Canada ?

                  Pour vous, on a rassemblé des témoignages et des articles qui racontent ce qu’est la vie d’un développeur au Canada et les avantages et inconvénient que cela représente.

                  Des conditions de travail à envier t’attendent au pays de l’érable

                  De manière générale, il fait bon de travailler au Canada.

                  Et le milieu de l’IT ne déroge pas à la règle.

                  Les conditions de travail sont beaucoup plus flexibles.

                  Vos horaires seront certainement bien mieux adaptés à une vie de famille, même si vos poses déjeuners seront plus courtes.

                  Vous pourrez tutoyer facilement vos collègues et votre boss, vous n’aurez plus besoin de rendez-vous pour rencontrer vos supérieurs, car le management horizontal est omniprésent au Canada.

                  Les salaires sont attractifs et le niveau de vie plus abordable qu’en Europe, mais on en reparlera un peu plus bas!

                  Vous pourrez plus aisément travailler en télétravail ou du moins adapter vos jours au bureau.

                  Honnêtement, les développeurs sont bien lotis, surtout que c’est une denrée rare et prisée au Canada, les conditions sont donc souvent optimales pour vous retrouver dans un environnement bienveillant et chaleureux.

                  Autre fait important, si les diplômes et les expériences priment sur tout en Europe, ici, bien qu’importantes, c’est aussi le savoir-faire, le savoir-être et la détermination du candidat qui feront la différence.

                  Bref, être développeur au Canada, c’est canon, notamment que dans la même veine, vous pourriez rejoindre de prestigieuses entreprises présentent au Canada et complétement accessibles pour des développeurs. On parle ici de Google, Desjardins, Ubisoft ou encore Bell.

                  Être développeur au Canada

                  Des salaires en haut de l’échelle 💰

                  Quand on parle de salaire, il faut parler chiffre !

                  Car si c’est chouette d’être développeur au Canada, c’est aussi parce que la profession offre de beaux salaires.

                  Et pour vous donner un ordre d’idée, les plus Junior pourront avoir un beau salaire de départ d’environs 60K$ à l’année.

                  Pour les personnes plus expérimentées (5 ans a minima), elles pourront prétendre à environs 90K$ à l’année!

                  Et pour les personnes seniors et aussi talentueuses elles pourront prétendre aisément à des salaires bien au-delà des 100k$.

                  Ce sont bien sûr des moyennes qui peuvent varier d’une entreprise à l’autre.

                  Ces salaires qui sont de manière générale 20% supérieur aux salaires proposés en France par exemple pour le même niveau d’expérience s’ajoute un coût de la vie bien moins cher au Canada qu’en France!

                  Loyer, essence, énergie ou encore loisirs sont en général plus accessibles.

                  Bon on vous rassure tout n’est pas plus beau et le téléphone ou internet coût pour le coup bien plus chers.

                      Un environnement accueillant 🌲

                      Pour terminer en beauté, l’environnement est accueillant.

                      Pour tout le monde en général, car le Canada est une terre d’immigration avec une population qui a l’habitude d’accueillir des gens du monde entier! Les Canadiens sont ouverts d’esprits et surtout d’une gentillesse exemplaire!

                      Au passage, voici quelques faits sympas sur le Canada (oui il y a un bug sur l’image 3, mais vous pouvez lire hein🙃)

                          Et enfin, le Canada est particulièrement accueillant pour les développeurs, parce que comme mentionné plus tôt, il y a déjà une belle et grande communauté soudée de développeurs sur place. Des développeurs qui viennent de partout dans le monde et qui seront à coup sûr vous aider à vous intégrer rapidement à votre nouvel environnement.

                              Voilà, c’est ça être développeur au Canada !

                               Voilà vous savez un peu plus ce que c’est d’être un développeur au Canada.

                              Et si jamais l’aventure te tente n’hésite pas à venir vers nous pour en parler, nous avons plein de belles opportunités chez certains de nos partenaires pour les développeurs du monde entier.

                              Tu peux regarder les offres que nous avons ici !

                              Et si tu souhaites rejoindre notre famille Canada Explorers pour préparer au mieux ton expatriation, c’est par ici !

                               

                              Nous, on vous souhaite une belle journée et si tu veux en savoir plus sur le Canada, suivez-nous sur LinkedIn

                              AH! Et si vous êtes cool mettez nous un petit commentaire sous l’article 😉

                              Pablito

                                  Article rédigé par Pablito – Expat niveau 87

                                  Témoignage : Un PVT au Canada d’Est en Ouest

                                  Témoignage : Un PVT au Canada d’Est en Ouest

                                  Témoignage : Un pvt au Canada d’est en ouest

                                  18

                                  Juin, 2022

                                  Canada

                                  PVT

                                  Expatriation

                                   

                                  C’est la semaine « témoignage » chez Canada Explorers!

                                  Après celui de Sarah qui passé 10 ans au Québec alors qu’elle pensait y venir pour 1 an en début de semaine!

                                  Voici celui de Cécilia !

                                  Dans l’article Témoignage : Un PVT au Canada d’Est en Ouest, Cécilia, expatriée au Canada dans le cadre d’un PVT, rentrée en France (mais avec toujours la forte envie d’y retourner depuis) nous partage son aventure.

                                  Encore une fois, installez-vous bien et surtout bonne lecture !

                                   

                                   

                                  Témoignage : un PVT au Canada d’est en ouest

                                  Allô, moi, c’est Cécilia, j’ai trente ans et je suis rentrée il y a quelques mois d’un PVT au Canada. Quand on m’a proposé d’écrire ces quelques lignes sur mon expérience, j’ai tout de suite accepté.

                                  Parler du Canada? Say no more, I’m in!

                                  En réalité, j’étais loin d’imaginer la difficulté de l’exercice. Si je devais faire un court résumé, je dirais que ces deux dernières années ont été une succession d’opportunités inattendues, de paysages à couper le souffle, de rencontres inoubliables, de kilomètres parcourus et de changements positifs. Laissez-moi vous raconter.

                                  Tout a commencé un 21 mars 2019. J’ai débarqué à Montréal avec une valise et un sac à dos sans trop savoir à quoi m’attendre. J’ai d’abord commencé par le Québec, principalement pour des raisons administratives et familiales, mais aussi en pensant faire une sorte de transition entre la France et l’Ouest Canadien. Mais Montréal étant très populaire auprès des jeunes Français, j’ai vite compris qu’on était nombreux à avoir eu la même idée. Moi qui m’attendais à un choc culturel en arrivant au Canada, je me suis retrouvée au milieu de milliers de compatriotes. Je ne regrette pas ce choix pour autant, j’avais un plan précis en tête et je comptais m’y tenir. J’ai donc trouvé un emploi, emménagé dans une colocation et j’ai entamé cette nouvelle vie.

                                  Après quelques mois, je n’arrivais toujours pas à trouver ma place. En faisant ce voyage, je cherchais à vivre des expériences complètement différentes de ce que je connaissais déjà et voilà que je me retrouvais plongée dans une ambiance Française, à travailler et vivre avec des Français. Ça ne correspondait pas à mes envies du moment. J’ai donc décidé de changer d’air, de faire mes valises et de déménager à Québec City. Cette belle province a tellement à offrir, je voulais en voir plus, me rapprocher de la nature et surtout de la culture Québécoise. Je n’ai pas été déçue, tout y était, même les tempêtes de neige et l’hiver plus rude qu’on m’avait promis.

                                  Le Québec est une province très agréable, mais j’ai toujours rêvé de faire un road-trip à travers le Canada. J’ai donc commencé à effectuer des recherches pour acheter un van. Le but était de partir en avril, rester quelques mois sur la route et arriver pour l’été sur la Côte Ouest. Ce qui me permettait de faire un an dans l’Est, plusieurs mois de voyage et le reste dans l’Ouest. Tout aurait pu rouler comme sur des roulettes si Mr. Corona n’était pas venu perturber tous mes plans.

                                  Mars 2020, presque un an jour pour jour après mon arrivée, le Canada fermait ses frontières et interdisait tout déplacement. Comme le monde entier, je me suis retrouvée enfermée chez moi à attendre qu’on nous autorise à sortir à nouveau. J’ai changé mes plans de nombreuses fois pendant ces trois mois de confinement, mais rentrer en France n’a jamais été envisagé.

                                  Comme pour beaucoup, cette pandémie mondiale a été l’occasion de faire le point. J’ai remis en question ma présence au Canada, j’ai questionné mes choix, j’ai réévalué mes envies et j’ai beaucoup douté. Rentrer en France n’était pas une option, mais me déplacer n’était pas possible non plus. Alors, j’ai juste pris le temps. J’ai enchainé les livres, les courses à pied, les heures à jouer aux Sims et les épisodes de Buffy Contre les Vampires. J’ai pris le temps de faire le point sur ce que je voulais vraiment tirer de cette expérience et ce que j’avais réellement envie de faire. Ce qui revenait à chaque fois, c’était voir l’Ouest Canadien et me faire une idée plus complète du pays.

                                  Les conditions pour un road-trip n’étaient plus vraiment idéales donc, après de longues conversations avec mon entourage, j’ai refait mes valises et je suis repartie à Montréal dès que les déplacements furent autorisés. Même si cette ville n’était pas un coup de cœur, je savais que je pourrais y trouver de quoi m’occuper malgré les restrictions. Je ne m’en rendais pas encore compte, mais la pandémie venait de donner un tout nouveau tournant à mon voyage et ce n’était que le début.

                                  Ce déménagement m’a complètement remotivé et remis sur les rails. Mon rêve de voir l’Ouest était plus vif que jamais. Vous l’aurez compris, dès que les frontières interprovinciales ont rouvert, j’ai pris le premier vol direction Calgary et j’ai embarqué avec moi une amie, rien de mieux que de partager l’expérience. À ce moment-là, il ne me restait que sept mois de visa. Le projet était alors de faire quelques jours de road-trip dans les Rocheuses Canadiennes suivis de bénévolat en Alberta, en Colombie-Britannique et au Yukon, deux mois dans chaque province.

                                  Spoiler Alert: it never happened!

                                  Sans grande surprise, je suis littéralement tombée amoureuse de l’Alberta le jour où j’ai mis les pieds dans les Rocheuses Canadiennes. Dès les premiers kilomètres sur l’Icefield Parkway, je savais que je devais rester plus longtemps dans ces montagnes. Le choc culturel auquel je m’attendais était là, mon aventure Canadienne pouvait enfin commencer. Le mois que je devais faire dans une ferme équestre s’est transformé en deux. Les deux mois en Alberta se sont transformés en six. Les deux mois en Colombie-Britannique se sont réduit à un et les deux mois au Yukon ont été abandonnés. Pendant ces sept derniers mois, je me suis complètement laissée guider par mes envies et je ne me suis jamais sentie aussi libre.

                                  On m’a beaucoup demandé quelle était la différence entre l’Est et l’Ouest. Ça m’a pris du temps, mais j’ai fini par me rendre compte que, même si les habitants sont tous Canadiens, il est difficile de croire qu’ils appartiennent au même pays. Outre les paysages, tout est tellement différent : les gens, les routes, les villes, l’ambiance, la langue, la culture, la météo et même les avis sur Justin Trudeau… Parler du Québec en Alberta c’est un peu comme parler de l’Allemagne en France : ils se connaissent, ils s’apprécient, ils partagent une histoire commune, ils sont relativement proches, mais ils ne parlent pas la même langue, ne partagent pas les mêmes idées et n’ont certainement pas les mêmes priorités.

                                  Au Québec, j’ai apprécié les grandes villes, dynamiques et vivantes. L’abondance d’activités culturelles qui rythment les saisons, l’art qui s’exprime librement et les festivals qui font vibrer les rues. L’ouverture d’esprit des habitants et l’ambiance très cosmopolite. J’ai aimé les nombreux parcs nationaux, tous aussi beaux les uns que les autres et leur lot d’activités de plein air, été comme hiver. J’ai admiré le Saint Laurent et ses baleines, quel spectacle ! Et puis, je suis tombée en amour (comme ils disent) avec cet accent si chantant qu’est le Québécois.

                                  En Alberta, j’ai adoré observer les paysages changer de kilomètre en kilomètre. J’ai admiré leur respect pour la vie sauvage, que ce soit dans les parcs nationaux ou pas. J’ai aimé la proximité avec la nature, la sérénité des grands espaces et la grandeur de ces montagnes. Puis, j’ai tout particulièrement apprécié la diversité des styles de vie. Dans une même ville, il n’est pas rare de croiser un cowboy chapeau sur la tête, un citadin en costume, un voyageur un peu perdu, une « outdoor lover » fan d’escalade, une photographe à la recherche du spot parfait, un fou de snowboard qui passe ses week-ends à Sunshine Village, des français en PVT qui baragouinent quelques mots en anglais et un French Canadian qui se sent étranger dans son propre pays.

                                  Chaque province est unique en son genre, avec ses attraits et ses contraintes. Je vous parle de l’Alberta et du Québec, mais en un mois en Colombie-Britannique, j’ai vu un aspect encore différent du Canada. Je n’ose même pas imaginer les contrastes entre les provinces du grand nord et les provinces maritimes. C’est ce qui fait toute la beauté et la grandeur de ce pays !

                                  Finalement, en moins d’un an, mes plans ont changé presque aussi souvent que les Français ont fait la grève… Ces obstacles, aussi difficiles qu’ils aient pu paraitre sur le moment, m’ont fait prendre des chemins inattendus. Et je me rends compte maintenant que, sans tous ces changements de route, je n’aurais jamais fait de bénévolat, je n’aurais jamais suivi un cowboy à la recherche d’une cascade cachée, je n’aurais jamais vu de chevaux sauvages, je n’aurais jamais vu un T-rex sur un minivélo, je n’aurais jamais vu un orignal courir à côté de notre voiture, je n’aurais jamais fait de hockey sur un lac gelé, je n’aurais jamais ressenti des températures extrêmes, je n’aurais jamais été témoin de la gentillesse des Canadiens qui se sont démenés pour sortir notre voiture du ravin, je n’aurais jamais réalisé des rêves que je ne pensais même pas avoir et surtout je n’aurais jamais croisé la route de toutes
                                  ces personnes qui ont rendu cette expérience encore meilleure.

                                  L’expatriation est une expérience intense. Aussi inoubliables et incroyables que ces deux années ont pu être, il y a aussi eu de longs moments de doute, d’incertitude et de solitude. Mais malgré tout, je n’aurais changé ma vie pour rien au monde. L’expatriation, c’est comme les montagnes russes : les hauts sont aussi magnifiques que les bas sont compliqués. Il faut s’accrocher et y croire, on finit toujours par atteindre nos objectifs, quels que soient les détours et les chemins empruntés.

                                  Ce que je retiens de ce voyage ?

                                  Simplement que les plans sont faits pour être changés, les inconnus sont faits pour être suivis, les opportunités sont faites pour être saisies.

                                  Témoignage : Un PVT au Canada d'est en ouest

                                  Si le Témoignage : Un PVT au Canada d’est en ouest t’as inspiré :

                                  Pourquoi, toi aussi, tu ne viendrais pas tenter ta chance au Canada ?

                                  En lisant ces lignes de notre article « Témoignage : un PVT au Canada d’est en ouest » tu te dis :

                                  Pourquoi pas moi?

                                  Tu veux changer de vie ?
                                  Tu souhaites t’expatrier au Canada ?

                                  Si tu es :

                                  • En solo
                                  • En couple
                                  • En famille

                                   Alors n’hésite pas à rejoindre notre belle communauté de personne motivée à réaliser leurs rêves canadiens!

                                  Rejoins la famille Canada Explorers et fais ainsi ton premier pas dans ta nouvelle vie au pays de l’érable!

                                      Article rédigé par Cécilia – Serial Expat’ et optimiste dans l’âme

                                      L’importance de bien s’assurer au Canada

                                      L’importance de bien s’assurer au Canada

                                      L’importance de bien s’assurer au Canada

                                      15

                                      Juin, 2022

                                      Canada

                                      Assurance

                                      Expatriation

                                       

                                      Bon, chez Canada Explorers on va TOUJOURS vous encourager à venir visiter le Canada. Ou encore mieux venir y vivre.

                                      Car c’est un pays fabuleux à découvrir et plein d’opportunité.

                                      Cependant, attention à ne pas faire de ce rêve un cauchemar en sous estimant l’importance de bien s’assurer au Canada.

                                      Que vous veniez quelques jours ou plusieurs mois, il va falloir être attentif à ce point parce qu’en cas de pépin et sans assurance la note peu vite devenir… astronomique et votre séjour douloureux.

                                      Mais pas de panique, on va regarder tout ça ensemble et maintenant!

                                       

                                      Serrez-vous protégé par le système de santé Canadien ?

                                      La première chose à savoir, c’est qu’il existe un système d’assurance maladie universelle au Canada, géré par le gouvernement Fédéral. Cependant, le pays qui compte 13 Provinces et Territoires comptes aussi 13 régimes provinciaux. Et bien évidemment chacun d’eux à ses propres particularités et ses différences.

                                      Vous concernant, tout dépendra de votre statut ou de votre VISA au Canada. En fonction de votre situation, vous n’aurez pas le droit aux mêmes protections. En général, les permis fermés offrent un accès à ces protections alors que les permis ouverts en sont exclus ; mais prenez le temps de regarder ça avant votre départ en fonction de votre situation.

                                      Et surtout les explorateurs, prenez ça au sérieux, car les coûts reliés à la santé au Canada sont plus élevés qu’en France. Notamment pour les coûts liés aux urgences des hôpitaux qui sont, qui plus est, souvent encombrés. Pour vous donner un ordre d’idée afin d’être juste admis aux urgences, il faut compter entre 700 et 800$ (520 et 600€). Plutôt désagréable de se faire saigner alors qu’on vient de se blesser 😅

                                      D’où l’importance de bien s’assurer au Canada

                                       

                                      Petit Tips : en cas de problème mineur ou de blessure légère, allez dans un centre de soin ou une clinique sans RDV, ça suffira largement et ça vous sauvera des coûts et de la paperasse.

                                      Pourquoi tu dois bien t’assurer ?

                                      Forcément pour éviter les mauvaises surprises à plusieurs zéros, pour faire face aux imprévus, mais surtout, car dans certaines conditions, c’est OBLIGATOIRE.

                                      Et il faut bien s’assurer que tu viennes au Canada pour un court séjour ou pour un long moment. Bref, tu trouveras avec nos partenaires de chez Chapka toujours une bonne formule pour ton voyage ou même toute ton expatriation.

                                      Parce qu’au fond, ce sont eux les spécialiste et qui t’expliqueront le mieux l’importance de bien s’assurer au Canada.

                                       

                                      Pour les voyageurs de courte durée :

                                      Pour quelques jours ou plusieurs semaines, vous devez vous couvrir pour pallier tous les petits pépins ou les grosses urgences. L’idée, c’est de vous protéger de toutes les galères qui pourraient vous arriver pendant votre séjour : frais médicaux, rapatriement, les pertes de bagages, la responsabilité civile, l’envi de rester plus longtemps que prévu et potentiellement l’annulation de votre voyage…

                                      Bref, si nous avons décidé d’avancer main dans la main avec Chapka c’est pour leurs excellentes couvertures à des prix très compétitifs.

                                      Et pour ces séjours, nous vous conseillons de partir avec la formule Cap Assistance 24/24!

                                      Assurance Cap Assistance de Chapka

                                      Pour les voyageurs de longue durée :

                                      La situation est un peu plus complexe, car il y a plusieurs options qui vont se présenter à vous lors de votre séjour de quelques mois, voir années au Canada (ou ailleurs hein!).

                                      Tout d’abord pour les PVT et les Jeunes Pros votre assurance internationale sera votre seule assurance pendant votre séjour. Elle est obligatoire pour entrer sur le territoire! Et elle doit répondre à plusieurs exigences, comme couvrir :

                                      • Les soins médicaux
                                      • Les hospitalisations
                                      • Le rapatriement

                                      Là encore, Chapka et son assurance PVT est la meilleure option du marché avec le meilleur rapport qualité / prix!

                                      Assurance Tempo Expat et PVT

                                      Ensuite, pour les personnes dotées d’un permis de travail ou encore d’un permis de travail ouvert, vous aurez droit à une couverture provincial (RAMQ au Québec) après quelques semaines (12 environs) d’activité, d’ici là vous devez aussi prendre une couverture pour le début de votre séjour.

                                      Mais même une fois votre protection provinciale activée nous vous conseillons, en fonction de vos couvertures offertes par vos employeurs, d’avoir une assurance internationale pour palier les frais médicaux courants, l’hospitalisation, l’optique, les soins dentaires et potentiellement la maternité.

                                      Cette fois-ci c’est la formule Tempo Expat de Chapka qui sera la meilleure formule pour vous!

                                      En fonction de vos besoins et de votre situation, renseignez-vous bien et c’est pour ça qu’en adhérant à Canada Explorers vous aurez aussi un RDV avec votre conseillé en assurance pour trouver l’option la plus adaptée et la moins chère pour vous!

                                      Et pour celles et ceux qui se disent :
                                      « pourquoi pas tester sans assurance »

                                      Les voyages forment la jeunesse, mais ils peuvent aussi la ruiner 😅

                                      Blague à part, si un voyage amène toujours du bonheur et de la joie, il peut vite tourner au cauchemar. On vous laisse lire quelques commentaires sur les pires expériences sans assurances, ça fait froid dans le dos : endettement à vie, création de cagnotte en ligne pour avoir des soins, etc.

                                      Bref, ce sont les scénarios catastrophes, mais honnêtement bien s’assurer c’est primordial pour être serein (bon entre nous ont dit les termes hein : pas s’assurer c’est complétement c#%!)

                                      Choisir la meilleure assurance possible

                                      Après 7 expatriations cumulées entre Bastien et moi-même et autant d’assurances différentes, nous avons absolument tenu à nous associer à Chapka pour vous proposer la meilleure solution du marché.

                                      Avant de lancer ce partenariat, nous avons comparé les assurances, les plafonds de protections, les couvertures globales et les coûts et sans hésitation, nous nous sommes rapprochés d’eux.

                                      Si vous vous faites un bobo, vous comprendrez vite que leur réactivité, leur capacité à vous avancer les frais ou à vous rembourser dans des temps records sont un vrai plus! Et puis, ils sont carrément sympas, mais ça il ne faut pas trop leurs dires!

                                      Et la (le ? On dit quoi!!) COVID dans tout ça ?

                                      Être un bon assureur, c’est aussi être réactif!

                                      Et du coup, les couvertures offertes par Chapka couvre bien évidement les frais médicaux et d’hospitalisation liés à cette fameuse pandémie! 

                                       

                                      Et voilà, vous savez tout sur l’importance de bien s’assurer au Canada

                                      Bref, voila notre tour de piste pour expliquer comment fonctionne cette étape fastidieuse, mais si importante que sont les assurances et leurs fonctionnements dans un projet de voyage ou d’expatriation au Canada.

                                      Si vous avez des questions sur l’importance de bien s’assurer pour votre séjour au Canada, n’hésitez pas à nous les écrire en commentaire!

                                      Pour celles et ceux qui souhaite prendre une assurance, c’est par ici : Trouver mon assurance 

                                      Et enfin, pour ceux qui souhaitent commencer leur projet d’expatriation avec nous, c’est par ici pour rejoindre notre belle et grande famille 

                                      Aller, on vous dit à très vite les explorateurs!

                                      Article rédigé par Pablito – Le mec derrière Canada Explorers